top of page

Non aux dictateurs de la pensée !

Dernière mise à jour : 14 févr. 2023



La vague de boue a encore frappé, essayant de broyer ceux et celles qui expriment une pensée parfois différente. Les victimes du jour s’appellent Jocelyne Beroard, car elle a exprimé son incompréhension du vote en faveur de Marine Le Pen dans « les outre-mer », ainsi que Fola Gadet et Emmanuel De Reynal qui publient ensemble, à l’occasion de la commémoration de l’abolition de l’esclavage dans l’hexagone, un livre de dialogue entre celui qui se revendique « afro-descendant » et celui qui s’assume « béké ». Avoir fait cela leur vaut aujourd’hui un déferlement de haine d’une violence d’autant plus insoutenable qu’elle s’abrite souvent derrière le mur de l’anonymat des réseaux sociaux. Notre époque prône, sans doute plus que jamais, la transparence et la liberté d’expression mais elle organise, dans le même temps, la destruction systématique de ceux et celles qui essaient de penser hors des sentiers imposés. Qu’on soit d’accord ou non n’est pas le fond du problème. Bien au contraire. Je crois aux vertus du débat, à la confrontation des idées, à la force des argumentaires qui élèvent les réflexions. Aujourd’hui, je dis stop à la dictature de la pensée. J’exprime ma solidarité aux personnes concernées. Je suis Jocelyne Beroard, je suis Emmanuel de Reynal, je suis Fola Gadet.

Catherine Conconne Sénatrice de Martinique

9 vues0 commentaire

Catégories

Me suivre

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube
bottom of page