• Catherine Conconne

Vers une reconnaissance des échouages de sargasses comme catastrophe naturelle




L’amendement que j’ai déposé pour que les échouages massifs d’algues sargasse puissent être reconnus comme catastrophe naturelle a été adopté aujourd’hui au Sénat lors de l’examen d’une proposition de loi visant à réformer le régime des catastrophes naturelles. Je me félicite de ce vote qui, s’il est confirmé en commission mixte paritaire (la commission regroupant des députés et des sénateurs qui sera chargée d’adopter la version finale du texte), représentera une avancée considérable pour les centaines d’habitants et professionnels des zones littorales affectés par ces échouages d’algues et qui demeurent sans solution face à ce phénomène qui se répète depuis plusieurs années. Il est urgent de venir en aide à ces familles qui, en plus des conséquences sanitaires dues aux émanations importantes de sulfure d’hydrogène, doivent en supporter les conséquences matérielles, se trouvant contraintes de changer souvent tout leur électro-ménager ou les pièces métalliques de leurs habitations. L’intensité de ces échouages justifie leur classement comme catastrophe naturelle, il est temps que cela soit rendu possible par la loi.

Catherine Conconne Sénatrice de Martinique




Pour rappel : Mon amendement avait déjà été adopté en janvier lors de l’examen de la proposition de loi de ma collègue Nicole Bonnefoy qui portait également sur la réforme du régime des catastrophes naturelles. Malheureusement, son texte n’ayant jamais été inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale, il n’a pas perduré. C’est donc une nouvelle proposition de loi, très largement inspirée de celle de Nicole Bonnefoy mais issue des rangs de la majorité présidentielle, que nous avons examinée aujourd’hui.

3 vues1 commentaire

Catégories

Me suivre

  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube